It is currently Sun 8 Dec - 02:59 (2019)
View unanswered posts
Kurayami Kubo

 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    Lycée Okuse Forum Index -> Zone Hors-RPG -> Fiches de personnage -> Fiches validées
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Kurayami Kubo
Admin et Kaichou-Sama

Offline

Joined: 26 Dec 2007
Posts: 67
Masculin Bélier (21mar-19avr) 猪 Cochon
Orientation sexuelle: Gay... aux dernières nouvelles
Relation avec: Surtout personne o__o

PostPosted: Wed 9 Apr - 18:04 (2008)
Post subject: Kurayami Kubo
Reply with quote

Informations personnage:

Nom: Kurayami.
Prénom: Kubo.
Age: 18 ans.
Sexe: Transexuel de base féminin, non opéré, voulant devenir de genre masculin.
Année : 3eme année.
Grade : Président(e) du Conseil des élève, soit Kaichou.
Club désiré : Musique et dessin, tient aussi le mystérieux "Club de Sociabilité".
Hobbies: Musique traditionnelle, estampe et cuisine.

Orientation sexuelle : On peux dire que Kubo aime les garçons mais pas comme une fille les aime, se définissant comme Gay à tendance Seme. Cependant, il lui arrive d'être parfois attirée par une fille particulièrement Kawai.

Particularité: Kubo est un transexuel female-to-male. Elle fut jadis une fille mais s'est déjà faite opérée de la poitrine. Elle a aussi les avants-bras et le torse couvert de cicatrices nettes et précises, et une coupure sur son cou montre une tentative de suicide.

Phrase typique: "Je ne suis pas sûr... que ça serait bien raisonnable vous savez..."

Caractère: Kubo est une fille plutôt timide, d'apparence distante ou soumise, pourtant il n'en est rien. Le regard baissé la plupart du temps, dans une attitude rêveuse ou égarée, la jeune fille est incapable de regarder les gens dans les yeux en réalité, et rougit d'un rien. Cela lui donne un côté terriblement mignon. Aussi maladroite dans ses gestes que socialement parlant, la jeune fille semble très docile, et vite gênée, peu encline à la discussion. Plutôt sociable bien que silencieuse, assez gentille, elle aime rendre service, mais l'échec la fruste à un point inimaginable. Ayant toujours peu de gêner ou de blesser les gens, Kurayami san a apprit l'art délicat du mensonge par omission, disant très rarement ce qu'elle pense. Dire clairement "non" lui est difficile, mais si elle ne désire pas quelque chose, son attitude vous le montrera directement, et elle cherchera à vous fuir le plus efficacement possible si vous la courtisez de manière trop appuyée. En ce qui concerne les relations amoureuses, au contraire des apparences, elle semble très blasée quant à l'idée de l'amour. Cela vient en partie du fait qu'elle pense que personne ne peut aime quelqu'un comme elle... Ce qui reste paradoxal chez Kubo est la simplicité de son apparence physique, ses manières polies et visiblement héritées d'une éducation traditionnelle.

Pour ce qui est de son intimité, la jeune fille est malheureusement plutôt mal dans sa peau, et ses rares expériences lui ont laissé un goût amer de la part de ses partenaires. Ainsi, même si elle semble cultiver un côté très romantique, elle ne croit pas en l'amour. Se passionnant pour la lecture mais principalement les arts japonais, excellant en peinture et en musique traditionnelle, Kubo est une artiste plutôt talentueuse, mais son goût de la perfection l'empêche d'être réellement spontanée, dans l'art comme dans les relations sociales, bien qu'elle fasse de grands efforts. Elle peut vous paraitre quelques peu fuyante ou introvertie, mais elle est au fond profondément douce et réfléchie. D'un naturel docile et plutôt conformiste, la jeune fille est plutôt à cheval sur les règlements et autres devoirs, ce qui en fait souvent aux yeux des autres une élèves modèle ou une rabais-joie. Kubo n'aime pas l'agitation, ni les disputes, et en général elle tente d'aider les gens à régler leurs litiges... selon son humeur.... ou si vous ne l'effrayer pas trop. Car elle a l'émotion assez facile. Kubo est gauchère, elle est Cancer, elle aime le calme, le thé et a une passion pour les peluches, qu'elle collectionne. Elle a une faiblesse pour tout ce qui est sucrerie, bien qu'elle essaye de le cacher avec plus ou moins de succès, et est très volontaire malgré son côté effarouchée de prime abord. C'est une fille plutôt intelligente et ayant un certain sang-froid, au delà de ses airs de fille soumise doublée d'une artiste torturée...


Physique: Kubo est une jeune fille plutôt grande pour une femme, mesurant la taille moyenne d'un homme (1m83), fine et dénuée de poitrine. Cela accentue chez elle un côté fragile et extrêmement androgyne, source de moult confusion, tant elle peut ressembler à un jeune garçon efféminé. Elle est gracile, son physique délicat et sa peau d'ivoire accentuant un côté "poupée". Mince, voir maigre car on devine sans mal le tracé de ses côtes, son principal atout est un visage d'une grande beauté, aux traits délicats, une petite bouche ronde aux lèvres gourmandes semblant faite pour les baisers, et de grands yeux rouges, très en amandes, et un petit nez court et rond, la rendant très mignonne. Elle a des mains fines et délicates, terminées par des ongles longs et durs, achevant l'idée de l'artiste aux mains délicates. Son visage est très mobile et expressif, mais il lui arrive souvent de montrer une absence de mimique, les yeux grands ouverts, rappelant encore une fois l'idée de poupée. Certes, elle n'est pas très en formes, mais il se dégage de Kubo quelque chose de très plaisant, un charme étrange et fragile, comme si elle était faite en porcelaine, prête à se briser au moindre geste brusque. La preuve en est son sourire très rare, mais sincère, qui fait fondre pas mal de gens. Pour des raisons qui lui sont personnelles, Kubo se vêt comme un garçon la plupart du temps, avec peu de recherche, aimant ce qui est ample et confortable, portant la plupart du temps des Kimono particulièrement amples.

Elle porte ses cheveux bleus très foncés très court, à la garçonne, pour une question pratique. La couleur très sombre de ses cheveux offre un contraste saisissant avec sa peau d'albâtre et ses yeux d'un rouge vif. Elle porte en permanence un bracelet tressé au poignet gauche, ne l'enlevant absolument jamais, même pas pour se doucher. Elle porte parfois des petites lunettes ovales qui lui donnent un petit air de faux intello. Quand elle va en cours, Kubo porte l'uniforme masculin, suite à une dérogation approuvé par le directeur et est considérée par la plupart des élèves comme un homme. Elle est physiquement totalement androgyne, et a moins que vous ne soyez très perceptif, il est normal de se tromper au premier regard. D'ailleurs on en revient à se dire que la jeune fille aime cette situation et joue de son ambiguïté sexuelle avec un certain délice... Kubo a également une cicatrice assez nette au niveau du cou, qui est relativement voyante.


Histoire de votre Personnage: L'histoire de Kubo est un secret, mais vous aller l'explorer quelque peu. Originaire d'Aomori, au nord de Honshu, l'île principale du Japon, et enfant illégitime d'une femme de l'aristocratie japonaise, dont la famille s'était reconvertie dans la filière industrielle, la jeune fille fut reconnu par le mari de sa mère sans raison apparente, mais cel n'a que peu d'importance. Kubo, enfant unique, fut chérie, gâtée, entourée d'attention, élèvée à la mode traditionnelle, ce qui lui forgea un caractère soumis et conciliant, future petite épouse modèle, apprenant tout ce qu'une bonne demoiselle devait connaître pour être une femme exemplaire... Ikebana, cérémonie du thé, Kubo s'essaya même à la calligraphie, et là ses parents découvrirent que la petite fille était un véritable prodige aux doigts d'or. Sur le papier se révélait grâce au fin pinceau, de magnifiques arabesques d'encre de chine, des paysages oniriques en bleu horizon, dévoilant tour à tour une mère déchaînée, des montages lointaines et enneigées, ou encore une maisons de Geisha pleines de vie et de séduction. Kubo avait la beauté au bouts des doigts, et quand ces derniers touchèrent les cordes rudes du Shamisen, ce fut un son métallique divin qui sortit de l'instrument, gratté avec talent par la tout petite jeune fille. Le Bachi en ivoire à la main, elle en fit pleurer sa famille entière, enchaînant avec un plaisir non feint des mélodies toutes plus belles les unes que les autres, souvent composées par elle-même, et ce malgré son jeune